Dialogue inclusif : La ligne impossible de l’ANAD, du RPG Arc-en-ciel, du FNDC politique et de la CORED.( Par Ibrahima Sanoh)

303

Le cadre de dialogue décrété par le Président de la Transition ne suscite pas l’assentiment de l’ANAD, du RPG Arc-en-ciel, du FNDC politique et de la CORED. Ces entités l’ont fait savoir dans un communiqué. Elles dénoncent la non-prise en compte du processus de médiation de la CEDEAO (avec son médiateur désigné) pour la supervision du dialogue et du G5 avec son apport technique et financier au processus. Aussi , elles dénoncent une absence de consultations préalables avec les acteurs politiques et les organisations de la société civile. Pour elles, seules la CEDEAO et le médiateur désigné peuvent faire lever les obstacles qui entravent la confiance entre les différentes parties prenantes au dialogue inter-guinéen institué par le Président de la transition. Bien que l’on doive comprendre les frustrations légitimes de ces entités, il est à mentionner, même si le CNRD ne saurait être exempt de critiques, que l’ANAD et ses alliés de circonstance tombent dans une systématisation systématique du dialogue inclusif, ce qui est excessive.

Comment peuvent-elles prétendre avoir appelé au dialogue inclusif et dire : « […] que le seul cadre de dialogue crédible est celui qui mettra en face d’un côté le CNRD et le gouvernement et de l’autre côté les acteurs politiques et sociaux qui ont des revendications sur la conduite de la transition ? »

De ce fait, elles dénient aux autres acteurs, à cause de leurs accointances supposées avec le CNRD ou le gouvernement ou les deux à la fois, leurs droits de participer au dialogue qu’elles veulent pourtant inclusives. Comment peut-on vouloir d’un dialogue inclusif et au même moment appeler à ce qu’il exclut ? Si le dialogue exclut des acteurs politiques ou des organisations de la société civile, c’est qu’il viole l’esprit de la charte de la transition qui veut qu’il se tienne entre le CNRD et les forces vives. Comment peut-on réduire les forces vices à une escouade ? Par le dialogue inclusif, on entend la vocation de l’horizontalité, la fabrique du consensus qui rend les décisions plus légitimées car issues de la confrontation des vues et opinions de divers acteurs aux légitimités différentes et améliorées par l’échange.

L’ANAD, le RPG Arc-en-ciel, le FNDC politique, la CORED instituent une force de manichéisme dangereuse : ils veulent mettre d’un côté le CNRD, le gouvernement et des entités politiques et des organisations de la société civile qui leur seraient favorables, et de l’autre côté, eux qui auraient des oppositions à manifester sur la conduite de la transition. Alors la CEDEAO ne jouerait plus une fonction de médiation mais assurerait celle de juge. Pourtant, un médiateur ne tranche pas, il ne juge pas, il doit rapprocher les positions pour favoriser la quête du consensus. Ce que proposent l’ANAD, le RPG Arc-en-ciel, le FNDC politique, la CORED conduira le dialogue à l’aporie.

Pourtant, le cadre de dialogue institué par le Président de la transition n’exclut pas la supervision de la CEDEAO et ne s’oppose pas aux apports techniques ou divers de la communauté internationale bien qu’il se veule souverain. Il se veut souverain en ce sens qu’il est fondé sur l’idée sans cesse rassérénée selon laquelle les Guinéens sont capables de se parler et de trouver des solutions endogènes à leurs oppositions sur la transition. Cette idée veut qu’on obtienne des solutions guinéennes aux problèmes guinéens. Elle n’est pas nihiliste, elle n’est pas négationniste, elle reconnaît la crise de confiance entre différents acteurs, mais se veut une pensée positive, celle de l’expression du dépassement des acteurs et de leur maturité. Le mandat de ce cadre de dialogue institué est bien défini. Le Premier ministre a bien communiqué à ce sujet. La vocation du dialogue inclusif est de trouver un consensus sur l’agenda du chronogramme de la transition soumis par le gouvernement pour favoriser le retour à l’ordre constitutionnel , de s’entendre sur les approches et les échéances de mise en œuvre des points d’actions de l’agenda , de s’entendre sur les mesures de confiance durant la transition dans le respect des lois ,d’établir un mécanisme de mise en œuvre des accords trouvés à l’issue du dialogue. Cela veut dire que le CNRD est fidèle à l’esprit de la charte de la transition qui veut que la durée de la transition soit fixée de commun accord entre le CNRD et les forces vives. Comme le CNRD a déjà proposé un chronogramme non consensuel sur la transition, il soumet ce dernier à la confrontation des vues entre les différentes parties prenantes, au dialogue pour trouver un consensus sur la durée de la transition et dans une certaine acception sur son contenu. Ce qui est fort louable ! Nulle entité ne doit se déclarer plus apte à représenter au dialogue les forces vives !

Le fait que le cadre de dialogue soit placé sous l’autorité du Premier ministre ne l’inféode pas au CNRD, mais traduit tout l’intérêt que le Président du CRND l’y attache. C’est raison pour laquelle le Premier ministre est investi du mandat de rendre compte au Président de la transition sur l’évolution du dialogue. Il doit cordonner le dialogue. La composition du cadre de dialogue faite par le décret l’instituant traduit au mieux l’idée que le Président de la transition se fait de l’inclusion : le gouvernement, le CNRD, les partis politiques et la société civile. Le décret n’exclue pas les consultations des différentes parties prenantes. Mais le gouvernement qui est lui-même une des parties prenantes ne pouvait pas consulter au préalable les autres parties prenantes. Cela veut dire qu’il ne bénéficie d’aucune forme d’hégémonisme et qu’il ne saurait triompher des autres parties prenantes. Ce sont les facilitateurs nationaux qui auront la charge de consulter les différentes parties prenantes pour définir les critères de choix et le nombre de délégués de chaque partie prenante. Ces facilitateurs devant être neutres, compétents, intègres et probes n’ont pas encore été désignés par le Premier ministre. Il est donc incompréhensible que l’ANAD, le RPG Arc-en-ciel, le FNDC politique et la CORED aient fait des critiques empressées.

Les facilitateurs doivent assurer la fonction de modération. Ils ne délibèrent pas. Ils doivent rapprocher les positions des différentes parties prenantes. En les désignant, le décret instituant le dialogue inclusif nous dévoile les organes du cadre de dialogue : le présidium, la plénière, les comités techniques et la commission d’application des résolutions du dialogue. Le présidium sera composé des facilitateurs nationaux. La plénière sera composée des délégués du gouvernement, du CNRD, des partis politiques et de la société civile. Les commissions techniques comprendront les personnes mandatées par le Primature et le Ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. La commission d’application des résolutions quant à elle sera composée des personnes choisies par la plénière pour faire observer l’application des résolutions du dialogue. Il n’est donc pas exclu que la CEDEAO et son médiateur désigné prennent part au dialogue, mais ils n’assureront qu’une fonction de supervision ou auront le statut d’observateurs. D’autres entités peuvent y assister aussi, seulement elles ne devront y avoir que des avis consultatifs. Une telle précision est si importante qu’il faudra souligner que la quête du consensus peut bien être une vue de l’esprit et que bien souvent la décision optimale requiert que les parties prenantes en viennent au vote. Si le G5 doit voter ou si la CEDEAO doit voter, il vaudrait mieux qu’on ne parle plus de dialogue inter-guinéen.

Si l’ANAD, le RPG Arc-en-ciel, le FNDC politique et la CORED exigent la supervision du dialogue par la CEDEAO et son médiateur désigné et aussi l’apport technique du G5 à la réussite du dialogue, il suffira qu’ils le disent aux facilitateurs nationaux mais ne l’exigent pas du Premier ministre ou du gouvernement comme préalables ou comme conditions à leurs participations au dialogue inclusif. Aussi, qu’ils ne tombent pas dans une forme d’arrogance souveraine conduisant à dire : «  les forces vives c’est nous ! »

Je critique leur communiqué , je trouve qu’il contient une certaine force de maladresse du langage qui ne doit pas occulter l’analyse du fond du texte qui dénote de l’attitude des quelques entités qui refusent la réalité des faits pour se blottir , ivres de leurs bonnes consciences et absoutes par la force de leurs convictions , dans le monde merveilleux des postures . Or, le dialogue, c’est bien plus que des postures. Le cadre de dialogue que l’ANAD et ses alliés proposent est dangereux, il contribuera à la déréliction du débat sur la durée de la transition. L’ANAD et ses alliés de circonstance voudraient faire des autres acteurs politiques des spectateurs du dialogue inclusif auquel ils doivent prendre part. Ce qui est une ligne insoutenable et impossible.

Le dialogue inclusif doit permettre de faire des arbitrages entre plusieurs légitimités. Aussi, des arbitrages entre le souhaitable et le possible, l’urgent et l’essentiel, le symbolique et l’efficace, le nécessaire et l’acceptable. La ligne défendue par l’ANAD, le RPG Arc-en-ciel, le FNDC politique et la CORED est inacceptable. Ils ne doivent pas dire qui est le bienvenu au dialogue et qui doit y être exclu. Ils doivent désignés leurs représentants devant confronter leurs vues avec celles des autres !

Ibrahima SANOH.



Guinée Nondi, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com