Amoureuse de son père, ils ont eu un enfant ensemble

74340

Une jeune femme de 22 ans est tombée amoureuse de son père et ont eu un enfant ensemble il y a  de cela trois mois. Pour garder l’anonymat, nous l’appellerons Sophie dans ce papier. Née à Conakry, Sophie était scolarisée au lycée sainte Marie avant d’être orientée en AES à  Koffi Annan après l’obtention de son baccalauréat.  Notre quotidien l’a rencontré dans le nord de Paris, dans le val d’Oise(95). La jeune fille  nous a raconté une histoire d’amour très émouvante. Nous vous livrons la première partie de cet entretien.

Guinée direct infos : Bonjour Sophie

Sophie : Bonjour monsieur

Guinée Nondi : pouvez-vous nous raconter votre histoire d’amour avec votre père ?

Sophie : depuis le collège, je sortais avec un jeune qui vit aujourd’hui en France, mais avant son départ, il m’avait promis le mariage et je lui ai juré la fidélité. Mais entre temps, j’aurai appris qu’il s’est marié avec une blanche. Et c’est là que j’ai commencé à avoir une dépression. Comme j’étais très proche de mon père après son divorce avec ma marâtre, je l’expliquais toutes mes aventures, il connaissait toutes mes intimités. C’est moi qui faisais tout pour lui depuis son divorce. Cela nous a rapprochés encore de plus.

Guinée Nondi : mais dites-nous à quel moment, vous vous êtes rendus compte que vous aimiez votre père ?

Sophie : c’est difficile à situer, tout se mélangeait dans ma tête et tout est parti si vite. C’est durant ma dépression que je me suis rendue compte de la nature de ma relation avec mon père.  Tout était flou dans ma tête. Certes il y avait beaucoup d’amour, mais c’est comme si tout était sous silence, et le déclic est arrivé un soir de samedi. Je pleurais dans mon lit quand mon père a frappé à ma porte. Il a commencé à me consoler en me caressant les cheveux, j’ai eu une sensation étrange et je me suis endormie sans me rendre compte. Au petit matin, il m’a apporté le petit déjeuner dans ma chambre, et je l’ai remercié en lui faisant des câlins. Depuis ce jour, je n’arrivais  plus à supporter son absence. Et je lui posais tout le temps des questions sur ses aventures avec les femmes. Lui de son côté, à commencer à me faire des cadeaux surprenants. Des dessous, des soutiens gorge, même mes effets de toilettes intimes, c’est lui qui achetait. Avant il me donnait seulement de l’argent.

Guinée direct infos : dites-nous Sophie  comment avez-vous franchi la ligne rouge ?

Sophie :

C’est venu tout seul, j’avais pris l’habitude de dormir dans la chambre de mon père sur le canapé, un Lundi soir, en quittant la fac, je m’étais posé beaucoup des questions sur la nature de notre relation, je me suis rendue compte que je l’aimais. Sa présence me rassurait, me procurait de bonheur, j’étais tout le temps pressé de rentrer à la maison pour tomber dans ses bras. C’est lors d’un câlin, que j’ai senti son truc se durcir, j’ai dans un premier temps hésité, puis j’ai essayé de toucher et il n’a rien dit, c’est là que j’ai compris qu’il ressentait la même chose que moi, et nous sommes passés à l’acte. Ce fut le plus beau jour de toute ma vie. Donc on le faisait tous les jours jusqu’à ce que je tombe  enceinte de lui.

Guinée Nondi : votre enfant a trois mois, et en même temps votre petit frère, qu’allez-vous lui dire quand il sera grand ?

Sophie : c’est bizarre, mais pour le moment, je refuse de penser à cela, je profite plutôt du bon moment que je passe avec mon père ou bien devrais-je dire  mon amour.

Guinée Nondi : alors, qu’est-ce qui vous a poussé de nous raconter cette histoire ?

Sophie : c’est une amie qui m’a parlé de vous et de votre site, elle m’a dit que vous êtes une personne de confiance, que je peux tout vous dire. En plus je ne  voulais pas garder longtemps  ce secret. De toutes les façons, tôt ou tard, les gens allaient le savoir.

Guinée Nondi : regrettez-vous votre acte ?

Sophie : non du tout, j’ai seulement peur pour lui et notre entourage, c’est pourquoi il a préféré que je vienne accoucher ici en France. N’oublies pas que c’est un haut responsable, il a donc peur pour sa réputation. Mais de mon côté, je n’ai aucun regret. C’est peut être anormal, mais il est l’homme de ma vie.

Guinée Nondi  : mais savez-vous que c’est de l’inceste ?

Sophie : oui, mais dans la vie de tous les jours, nous brisons des interdits. Je l’aime et il m’aime, alors pour moi il n’y a aucun souci. Pour être clair, aucun homme à part lui ne me connaîtra.

Guinée Nondi : quel est votre dernier mot ?

Sophie : je voudrais seulement dire que l’on doit assumer son choix dans la vie, même si je ne conseillerai pas d’autres filles à faire ce que je viens de faire.

Guinée Direct Infos : merci beaucoup pour nous avoir accordé cet entretien.

Sophie : c’est moi qui vous remercie.

A noter que le prénom et la photo de la fille ont été changés pour garder l’anonymat



Guinée Nondi, tout ce qui est information de qualité est notre