Kindia : Pour Monsieur Thiam, natif de la ville, la Guinée est une famille

2449

Ce natif de Kindia, M. Thiam nous plonge dans un récit  émouvant, mais à la fois très instructif. Il met  en relief le brassage culturel et ethnique que notre pays a connu à une époque de son histoire. Les fondateurs de nos grandes villes étaient  non seulement des grands guerriers, mais aussi de grands rassembleurs. Le personnel politique actuel doit se ressourcer pour cultiver ces valeurs ancestrales très chères à notre nation. Par ce récit, M. Thiam nous démontre que la Guinée est une famille.

A cause des rivalités et jalousies entre les grandes familles d’érudits, mon arrière grand père quitta très jeune sont Fouta Toro sur le fleuve Sénégal, laissant derrière lui famille et bétails et suivit son étoile, son destin qui le mena très loin dans un voyage sans retour vers des terres inconnues et prospères.

Sur son chemin des étapes et séjours dans des faubourgs forgèrent sa réputation de marabout, son nom et savoir lui précédèrent dans des localités distantes de plusieurs mois de marches. Un soir au crépuscule, il arriva enfin sur les terres du Roi Manga Kindy et fut annoncé par les griots. Après la prière du crépuscule qu’il dirigea avec humilité, il fut introduit auprès des autorités autochtones qui l’attendaient depuis plusieurs lunes.

La première mission confiée au marabout fut d’aider à délocaliser le siège de l’administration coloniale vers une place, un lieu souhaité par les notables pour des raisons stratégiques.

Le saint homme, mon arrière-grand-père accepta et se retira plusieurs jours dans un lieu appelé le gîte des serpents et des démons pour se recueillir ( khalouwa) auprès de son seigneur. Une semaine après son recueillement, l’administration coloniale fut effectivement ramenée dans les lieux demandés par le saint homme à son seigneur pour le compte de ses Djatiguis. Aujourd’hui le centre-ville de Kindia.

En récompense lui sera donné toutes les étendues des terres des gîtes des serpents et des démons qui sont le lieu où il établit sa demeure. Lui sera donné comme épouse la fille aînée du roi. Ses fils et petits-fils vécurent dans la paix et dans la prospérité. Mon arrière-grand-père prit femme dans toutes les autres familles. Ainsi, nos récoltes, nos mosquées, nos terres, nos biens, nos vies ont été partagés avec toutes les familles Sousou – Malinke – Diakhanke, Kissi – Peulh de Kindia. Nos grands-mères, mères, tantes et sœurs ont été des épouses modèles dans toutes les grandes familles de Kindia. Nos morts sont ensevelis par nos Diatiguis Sousous pacte séculaire entre nos arrières grands parents.

Toutes les familles de la Guinée sans exception ont une histoire qui ressemble à celle-ci. Moralité : un Imam ou tout notables de Kindia doit savoir que cette terre est faite pour la paix et la fraternité.



Guinée Nondi, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com