Guinée: La transition à l’épreuve de l’échec des politiques.

224

Après des mois d’attente, la durée de la transition,  le nœud gordien de discorde entre les acteurs politiques, fut annoncée par le CNRD à l’issue des concertations nationales, auxquelles toutes les composantes de la nation  ont pris part.

Ces propositions de date qui seront soumises au Conseil National de la Transition, qui fait office d’assemblée nationale, pour approbation telle que prévoit la charte en son  <<article 77>> ne cesse de susciter  grand tollé entre une frange de la classe politique et le CNRD.

Pour cette frange la transition politique ne peut avoir qu’une seule visée,celle d’organiser des élections inclusives, transparentes, et crédibles.

Tant disque pour d’autres, au-delà de cette vision réductrice et erronée de la transition en l’unique but électoral, une transition politique se veut réformatrice, restauratrice, de surcroît dans un contexte sociopolitique délétère tel que c’est le cas en Guinée. La corruption, l’injustice, la confiscation de la libre expression, la mal gouvernance, les atteintes aux libertés fondamentales et à l’intégrité physique de la personne et autant de maux caractérisant un pouvoir dictatorial rétrograde, nous ont amené à cette transition. La situation présente donc est  marqué par la crise de confiance et l’incurie d’une élite majoritairement corrompue animatrice d’une classe politique qui s’est illustrée par son ambivalence, sa myopie politique et même sa malsaine manipulation des couches populaires pour des desseins égoïstes inavoués: la conquête du pouvoir, pour « s’en mettre plein les poches ».

Sans l’once d’un doute, cette seconde position paraît plus pertinente  au regard de notre histoire  socio-politique. Du parti état  au pluralisme politique, l’échiquier politique continue à succomber sous la spirale omniprésente de violences, des ravages de l’ethno stratégie et du replis identitaire pour ne citer que cela, détériorant ainsi ce vivre ensemble entre  nos communautés, qui ont toujours cohabité  en parfaite symbiose depuis des lustres.

La transition s’adresse à ce lourd héritage  d’une classe dirigeante et politique qui ont monumentalement échoué. Ce sont ces mêmes acteurs qui récidivent avec ces malheureuses pratiques qui nous conduiront encore vers un précipice, et mettent en péril toutes nos potentielles chances  de bâtir une Guinée unie et prospère dotée d’institutions fortes et légitimes.

Fédérer les efforts  pour que cette transition ne connaisse pareille mésaventure une fois de plus,doit être notre réel objectif. Car les réformes  courageuses et impopulaires engagées depuis le cinq septembre ne sauraient être  entreprises par un Président démocratiquement élu, à fortiori par un Président issu d’un suffrage à l’instant présent, où nous n’avons que des partis ethno stratégiques.

Ces quelques kyrielles de réformes: foncières, adnimistratives, assainissement à la fonction publique visant l’emploi, assainissement financier et économique avec la CRIEF et tant d’autres signaux positifs qui ne sont pas exhaustifs méritent un accompagnement des uns et des autres  pour une transition réussie. Voilà à notre entendement ce qui devrait être la préoccupation première de tous, en lieu et place des élucubrations des politiques quant à  la durée de la transition.

Kader Diaré 

Juriste publiciste



Guinée Nondi, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com