Sidy Souleymane dans le dossier de Foniké Manguè: « On m’a dit, faites en sorte qu’il reste en prison jusqu’après les élections »

817

A travers un audio sonore diffusé hier mardi 5 octobre 2021 sur Espace FM dans l’émission les GG, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn, Sidy Souleymane N’Diaye a été démasqué dans le dossier Foniké Manguè.

Selon cet audio, le procureur Sidy Souleymane N’diaye a expliqué dans sa conversation avec le juge Charles Wright comment ils font le montage pour fabriquer des preuves et mettre des innocents en prison, dans le seul but juste faire plaisir à l’ancien Président Alpha Condé.

Lisez l’élément sonore « Moi, je suis quelqu’un de direct. J’ai reçu des instructions. Je le fais souvent avec tous les juges, quand je reçois des instructions. Je viens leur dire, souffrez que je vous en parle comme ça, c’est mieux. Ça va être plus facile à gérer pour vous. On m’a dit : faites en sorte qu’il reste en prison jusqu’après les élections. S’il est libre il dérange le patron. Je vais vous parler franchement, on n’a jamais géré un dossier. C’est la première fois et c’est mon habitude. Quand je reçois des instructions, je viens vers le juge, je dis aidez-nous. Ce dossier, quand on l’avait déféré, il n’y avait rien, mais rien. Je vous parle franchement et parce que je vous fais confiance aussi, je sais que vous n’en parlerez pas. Il n’y avait rien dans ce dossier. Deux à trois feuilles, enquêtes préliminaires, il n’y avait rien. J’ai fait jouer mon expérience et quelque chose m’a dit qu’il y a une infraction qu’on appelle divulgation de fausses informations. J’ai dit, les propos qu’il a tenus à la radio, comme il ne peut pas apporter la preuve de ses propos, je le poursuis. On appelle ça les infractions de replis. Les infractions de replis, c’est quand le parquet est embarrassé et qu’on a dit au parquet, il faut poursuivre coûte que coûte. J’ai appelé Fabou (Le directeur central de la police judiciaire), j’ai crié sur Fabou, j’ai dit qu’il n’y a rien dans ce dossier. N’eût été mon expérience, je devais classer ce dossier. Le parquet est une autre vie du magistrat, une autre vie professionnelle. Au moment où on instruisait ce dossier, on m’a envoyé des documents tirés sur la page Facebook, lui, il ne savait pas. Monsieur le juge, je vous parle de tout ça, je vous fais confiance. Quand on m’a envoyé ça, j’ai bondit sur l’occasion. Je l’ai poursuivi pour menaces », explique Sidy Souleymane N’diaye.

ces faits mettent en relief l’influence des pouvoirs publics guinéens pendant le régime Alpha sur les magistrats. En réalité, l’on se rend compte que dans bien cas, les gouvernants se servaient de la justice pour mater les opposants

Aboubacar M’mah Camara



Journaliste - Conakry -Guinée Tel : 224 669 49 32 51


Commentaires

http-guineedirectinfos-com