Avec Alpha Condé, Une gouvernance par les femmes et pour les femmes

295

Sous tous les cieux, la politique est essentiellement une affaire d’hommes.

Les hommes dominent ce milieu et tiennent des discours humiliants et dégradants à l’égard des rares femmes qui osent s’aventurer dans ce milieu considéré comme leur chasse gardée. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, les femmes font l’objet de railleries et de moqueries lorsqu’elles aspirent à des hautes fonctions et ce, parfois, malgré un brillant parcours politique.

Un petit résumé des propos désobligeants pour illustrer le problème.

Laurent Fabius, un des éléphants du Parti Socialiste,  réagit à l’annonce de la candidature de Ségolène Royal à l’élection présidentielle de 2007 en ces termes : «Mais qui va garder les enfants ? ».

Jean-Luc Mélenchon, l’actuel patron de la France Insoumise, estime de son côté que les femmes c’est pour faire joli lorsqu’il déclare : «l’élection présidentielle n’est pas un concours de beauté». 

Les femmes de la droite française ne sont, malheureusement, pas mieux loties.

Charles Pasqua et son ami Philippe Seguin s’amusent lors des débats en interne sur les investitures pour les élections régionales de 1998.

Le second se demande ce qu’on va faire des gonzesses.

Le premier propose d’utiliser le critère « charmes » pour l’investiture des femmes !

Revenons en  Guinée

Lors des législatives de 2013, Yarie Briquie, une militante engagée de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a été raillée et humiliée lorsqu’elle a voulu figurer sur la liste nationale de son parti.  Pour info, celle du RPG AEC était conduite par une femme, Hadja Nantou Chérif. Pour qui connait l’histoire de la Guinée, les femmes ont été de tous les combats.

De la lutte pour l’indépendance à celle pour l’instauration du multipartisme intégral et d’une démocratie véritable. Fort malheureusement, elles sont restées les grandes oubliées de la démocratie. Condamnées à rester à la maison et à regardes les novelas.  Pas grand monde ne se préoccupe de leur sort.  Mais ça c’était avant.

Fin 2010, le professeur Alpha Condé arrive au pouvoir après 40 années difficiles de combat politique sans jamais dévier de sa ligne politique.

Comprenant le rôle moteur de la femme au sein des familles guinéennes et le dynamisme de la jeunesse, il dédie sa gouvernance aux femmes et aux jeunes. 

Les deux couches les plus vulnérables de la société guinéenne. Il affirme haut et fort que les femmes sont capables de rivaliser avec les hommes.

A peine installé dans ses fonctions de Chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé, auréolé du statut de premier Président démocratiquement élu au suffrage universel direct de toute l’histoire de la Guinée, instaure la gratuité de la césarienne, la gratuité des soins pour la femme enceinte, la maman et l’enfant.

L’insertion socioprofessionnelle des femmes est en tête des priorités du nouveau Président. Plusieurs initiatives sont prises pour faciliter l’insertion socioprofessionnelle et l’autonomisation de la femme.

Alphabétisation fonctionnelle

Une alphabétisation fonctionnelle, qui cible, en priorité, les filles issues des milieux défavorisés, dans les Centres d’Autonomisation et de Promotion Féminine (CAPF). Plusieurs de ces centres sont construits, rénovés et équipés à travers tout le pays depuis l’avènement du professeur Alpha Condé.

Formation et accompagnement dans la mise en place d’activités génératrices de revenus

L’Office National de Formation et du Perfectionnement Professionnels (ONFPP) est au cœur de ce dispositif. Cette structure dirigée par l’ancien Ministre Lucien GUILAO a permis de sortir plusieurs milliers de jeunes filles de la précarité.

Ce n’est pas tout.

La couche féminine bénéficie également de toutes les mesures prises en vue de faciliter l’insertion socioprofessionnelle des jeunes. Elles bénéficient, entre autres, du Fonds National pour l’Insertion des Jeunes (FONIJ), et des fonds de l’Agence Nationale de la Micro finance.

La gent féminine était également au cœur des différentes rencontres, salons de l’emploi, salon national de l’emploi et des investisseurs, visant à identifier et sélectionner les meilleurs jeunes devant contribuer au progrès et l’émergence de la Guinée. Une brillante jeune dame, Soua Doré, sera d’ailleurs major du concours qui a abouti au recrutement de 518 jeunes dans le domaine de l’administration publique et des finances. Plusieurs autres initiatives sont prises pour faciliter l’autonomisation de la femme.

Parmi ces initiatives, on peut citer :

–           les Mutuelles Financières des Femmes Africaines (MUFFA);

–           les Mutuelles Communautaires de Croissance (MC2) ;

–           l’objectif de parité est désormais inscrit dans la constitution.

–           la lutte contre l’excision et la déscolarisation des filles est l’un des objectifs de l’Agence Nationale d’Inclusion Economique et Sociale (ANIES)

Les femmes occupent une place de choix

Comme on peut le constater, la situation des femmes a complètement changé durant la gouvernance du professeur Alpha Condé. Elles ne sont plus uniquement des femmes passives au foyer.

Elles sont désormais actrices du changement et de l’émergence et occupent les plus hautes fonctions au sein de l’administration et à l’hémicycle. Le Conseil Economique et Social (CES) est  dirigé par une femme, Hadja Rabiatou Sérah Diallo. Cette figure du syndicalisme est aujourd’hui le troisième personnage de l’État.

Sous les soleils du professeur Alpha Condé, nos braves femmes et mamans sont Ministre D’Etat, Ministre, Cheffe de Cabinet, DAAF, Directrice Générale, Commissaire à la HAC, etc.

C’est d’ailleurs en guise de reconnaissance de tous ces efforts que les femmes ont tenu à payer la caution du candidat Alpha Condé.

Abdoulaye KABA

Secrétaire à la Presse et à l’Information, Coordination Europe du RPG AEC.



Avatar

Guinée Nondi, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com