Une victime de 28 septembre à la barre : « c’étaient des gendarmes qui m’ont déshabillée »

561

L’audience ouverte au public du procès du 28 septembre 2009 se poursuit ce mercredi 15 mars 2023 au tribunal criminel de Dixinn délocalisé à la cour d’appel de Conakry.
A la barre, Fatoumata Barry, une des victimes de viol a fait des témoignages émouvants. « Quand les massacres ont commencé, j’ai cherché à m’échapper. Lorsque je suis arrivée au grand portail, des gendarmes et policiers m’ont arrêtée. Ils m’ont administrée des coups de gifles. Ces derniers avaient un couteau qu’ils ont utilisé pour déchirer mes habits. Toute nue, ces gens m’ont frappée à l’aide des bâtons. Lorsque j’ai cessé de pleurer, ils m’ont laissée respirer un instant. Lorsqu’ils sont revenus vers moi, ils ont écarté mes jambes, introduit leurs mains dans ma partie intime. C’était des gendarmes qui m’ont déshabillée.
Mais comme ils étaient en groupe, c’est un policier qui a introduit un gourdin dans ma partie intime. Ils prenaient même le truc et nous frappaient entre nos pieds. Ils m’ont fait courber et ils m’ont pénétré par derrière. Parce que par devant, ils voyaient que je voyais mes règles, je saignais ».
Aboubacar M’mah Camara



Toronto, Ontario, Canada