Cécé Raphaël Haba à propos des événements de Koundara : Nous n’avons reçu aucun appel du président…

374

Le procès des massacres du 28 septembre 2009 s’est poursuivi ce lundi, 07 novembre 2022 au tribunal criminel de Dixinn, délocalisé à la Cour d’Appel de Conakry.

A la barre, Cécé Raphaël Haba a expliqué ce qu’il avait fait à son retour de Labé. Comme Aboubacar Toumba Diakité, il est revenu sur ce qui c’était passé le 03 Décembre au Camp Koundara devenu après Camp Makambo.

Comme son patron Toumba, Cécé fait savoir que Dadis et ses hommes les ont pris au dépourvu ce jour là au camp Koundara.

《 Nous n’avons reçu aucun appel du président et nous avons vu le président dans un véhicule, Général Baldé était avec lui et il était assis sur le siège passager. Makambo aussi était ce jour avec 3 véhicules, ses hommes étaient armés comme s’ils partaient en guerre. Ils sont venus et le président est descendu, il a sauté avant que le véhicule ne s’arrête. Et Il s’est dirigé vers Toumba, en disant « tu veux me faire honir. En venant vers Toumba il continuait de dire Toumba tu veux me faire honir. Toumba était assis tranquillement et faisait face à la mer. arrivé niveau de Toumba, il l’a tapé sur la tête et le béret est tombé. Toumba n’a pas réagi et s’est levé en disant Excellence, je ne peux pas vous trahir, ni vous tromper. C’est Makambo qui veut vous tromper car c’est lui qui est venu arrêter ce matin deux hommes, je suis venu les libérer, je sais que c’est ce que j’ai fait comme anomalie. Makambo voulait répliquer, le président l’a arrêté en lui disant de se taire》nous apprend t-il.

L’accusé qui a présenté Toumba comme son chef a poursuivi sa narration :《 Le président a repris la parole en disant Toumba, allons-y au bureau. Si le président après qu’il ait dit cela, avait bougé, on n’allait jamais être ici à la barre. Il a changé ensuite de mot en disant Toumba, donne moi ton arme. Voici le nœud du problème, celui pour lequel j’ai subi pendant 14 ans. Il faut que je sois clair avec vous. Parce que si je ne parle pas, de Conakry jusqu’à N’zérékoré, c’est la même parole, Cécé s’est joint à Toumba pour gâter le pouvoir de la forêt, c’est cette ségrégation qui me suit 》, souligne t-il avant de rajouter :

《 Quand le président a dit Toumba donne moi ton arme, Toumba a reculé d’un pas avant de revenir, il voulait dépasser le président. Entre temps, Toumba a commencé à parler, le président se retourne pour l’écouter et avant de revenir sur sa position, nous avons entendu simplement un coup, le président est tombé.

Tous ceux qui étaient là, ne faisaient que des sommations. Certains fuyaient, tombaient dans l’eau et nageaient. Quand le président est tombé, un nommé Mansaré était en train de pleurer. Ceux qui étaient venus avec le président Dadis, personne ne l’a assisté. Nous qui étions considérés comme des éléments de Toumba, c’est nous qui sommes venus à son assistance pour le faire sortir du danger 》 .

L’accusé pointe un doigt accusateur sur Makambo qui a pris le mérite de son acte héroïque envers le président Moussa Dadis Camara ce jour au Camp Makambo :《 J’ai vu Makambo courir vers le véhicule, j’ai crû qu’il cherchait le véhicule pour qu’on prenne le président dadis qui était à terre. Il était parti prendre une arme plus lourde contre Toumba. Nous (lui Marcel, l’adjoint de Beugré et un autre) étions déjà sortis du tournant du camps. Le bien que j’ai fait, l’assistance de personne en danger a été transformé pour dire que j’ai montré le secret de Makambo à Toumba. L’acte de héros que je devais recevoir a été donné à Makambo, l’acte de bravoure a été donné à Makambo 》 .

 Le procès a été renvoyé au 08 Novembre pour la suite des débats. Il faut signaler que demain le capitaine Cécé Raphaël Haba sera face aux avocats de la partie civile et probablement ceux de la défense

MH Diallo



Toronto, Ontario, Canada


Commentaires

http-guineedirectinfos-com