« le ministère public devra sortir de sa zone de confort pour apporter la preuve des accusations et ne pas contenter de la commune renommée »

323

Dans le procès relatif aux événements du 28 septembre 2009, le ministère public et les parties civiles peuvent s’estimer heureux, du moins à ce stade des débats. En effet, il n’existe pas une « une défense » mais  » plusieurs défenses ». En effet, les accusés, ayant des intérêts opposés, ne peuvent pas avoir les mêmes avocats. Dès lors, il ne peut pas y avoir une stratégie commune de défense. Chaque avocat ou collectif d’avocats défend son client selon sa propre stratégie en tenant compte de l’intérêt de ce dernier. Lorsqu’un accusé porte des accusations sur un co-accusé, il faut s’attendre obligatoirement à ce que les avocats de ce dernier s’emploient à anéantir les déclarations de son accusateur. Ils ne se priveront bien sûr pas du plaisir d’enfoncer celui-ci. Ainsi, le ministère public et les parties civiles ne peuvent que tirer avantage des accusations des accusés les uns contre les autres.
Mais est-ce à dire que les accusations portées par un accusé contre un autre accusé constituent les seuls moyens de preuve pour une éventuelle condamnation de ce dernier ? Absolument pas.
Le procès pénal est assez sérieux pour ne pas qu’un juge se contente d’une simple déclaration d’un accusé contre un autre accusé pour entrer en condamnation, si ces accusations ne sont pas appuyées par des éléments de preuve crédibles et discutés de manière contradictoire par les différentes parties du procès.
Mais au fond, en ce qui concerne le dossier lui-même, tout porte à croire que l’enquête préliminaire et l’instruction préparatoire n’ont pas été à la hauteur. On n’ira pas jusqu’à dire que ces deux phases ont été bâclées. Mais les multiples insuffisances que l’on constate peuvent avoir une partie de leur explication que dans la faiblesse de l’enquête préliminaire et de l’information judiciaire.
C’est pourquoi, le ministère public a encore du travail à faire pour parvenir à convaincre le Tribunal.
Ce qu’on a coutume d’appeler depuis plus de dix ans, « les événements du 28 septembre » s’est bel et bien produit. Des crimes ont été commis. Mais le ministère public devra à un moment donné sortir de sa zone de confort pour apporter la preuve des nombreuses et graves accusations portées contre les accusés comme la loi le lui impose et ne pas se contenter de la commune renommée.
Maître Mohamed Traoré



Administrateur Général


Commentaires

http-guineedirectinfos-com