« Le PM Béavogui en adjuvant à la manif du 23 Juin » Par Kabinet Fofana

170

Le Premier ministre Mohamed Béavogui a animé un point de presse hier. La communication intervient pendant que le FNDC et des partis politiques décident de partir dans la rue pour exiger entre autres la mise en place d’un cadre de dialogue inclusif. Il en appelle à la responsabilité de tous les acteurs et se porte adjuvant à la crise. Pour quelle marge de manœuvre ?
Le Premier ministre a justement fait allusion à l’impérieuse nécessité ; comme il sait souvent l’exhorter, que les Guinéennes se parlent. Que leur divergence soit le moteur d’un dialogue. Là-dessus, Mohamed Béavogui s’engage à entamer avec l’appui du ministre de l’administration du territoire, « un véritable dialogue ». Est-ce que le Premier ministre a finalement donc compris qu’il lui importait l’impulsion du dialogue social et politique ? Donc qu’il ait su convaincre in fine, le colonel Mamadi qu’il ne fallait pas aller dans un bras de fer, qu’il ne fallait pas se cogner dedans surtout pas lorsque le spectre des sanctions de la Cédéao plane. Entamer un véritable et inclusif dialogue en vue notamment d’examiner la durée de la transition avec l’ensemble du corps social et du personnel politique, reportera la prise des sanctions et évitera au pays une crise sociopolitique interne.
Le Premier ministre dans sa communication sollicite également le concours de l’organisation ouest-africaine. Ce qui sonne comme une acceptation tacite du médiateur Chambas qui n’est pas encore arrivé à Conakry alors que son homologue désigné dans la crise au Burkina lui a déjà pris le pouls de la situation. Faudra-t-il également supposer de ce point de vue que le CNRD est en fin disposé à ouvrir un cadre de dialogue conformément aux exigences des organisations opposées à la marche actuelle de la transition ? Si cela arrivait le colonel ne devrait pas se percevoir en tension puisqu’il avait laissé entrevoir lors de son discours annonçant les 39 mois médians, la possibilité du compromis.
Aussi vrai que le Premier ministre ait fait siennes les revendications du FNDC, est-ce que son engagement ferait fléchir le front sachant bien évidemment que le CNRD avait alors relativisé l’engagement de Mohamed Béavogui qui promit à la Cédéao la rapide mise en place du CNT ? En ce moment ils exigeront parce que désormais en position de force, d’échanger directement avec le CNRD.
Dans l’autre sens, le FNDC se verrait un peu taxé de prétention démesurée s’il ne considérait pas cet appel de Béavogui comme une main tendue. Une vraie ! Répondre néanmoins à l’appel du PM passerait comme une preuve de bonne foi de la part du FNDC qui se verrait en ce moment davantage renforcé dans l’opinion.



Guinée Nondi, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com