Valorisation du patrimoine historique, Amadou Djouldé Diallo plaide pour la création d’un ministère ou secrétariat spécial

211

Le patrimoine historique est dans bien des cas un ensemble des « biens matériels ou immatériels » ayant  une valeur historique pour un peuple ou une société. Autrement dit, le patrimoine est l’héritage du passé qui profite aux générations actuelles et qui peut être transmis aux nouvelles générations. En Guinée, le pays dispose un répertoire très riche en patrimoine historique. Des sites historiques (ports négriers) en passant par les héritages des héros de lutte contre la pénétration coloniale jusqu’aux objets de culture, le pays dispose un patrimoine riche et varié. Cependant, force est de constater que ce patrimoine n’est pas valorisé par l’état et dans la plupart des cas sont dans l’abandon total.

C’est pourquoi le doyen Amadou Djouldé Diallo lors de son passage dans l’émission les grandes gueules chez nos confrères d’espace, a tiré la sonnette d’alarme et interpellé les nouvelles autorités et valoriser ce patrimoine.

Pour lui, cela permettrait non seulement à la conservation de notre identité et pourrait être de sources de revenus pour l’état. C’est dans ce sens qu’il propose la création d’un ministère ou secrétariat spécial dédié uniquement au patrimoine historique

«Puisque nous parlons de l’histoire, avec fierté nous avons 11 résistants à la pénétration coloniale connus, dont les œuvres sont ici  et qui sont connus de par le monde.

Je prends par exemple la grotte de Guemèsangan après le fleuve Konkouré en allant à Télimélé qui était la capitale de deninyanké du royaume de Koly Tinguéla, c’est un site historique. Vous prenez Bissandougou la capitale de L’Almamy Samory, c’est un site historique. Vous prenez Sogoboli c’était la capitale du royaume de Dinah Salifou c’est un site historique.  Il y’a tellement de sites historiques dans ce pays qu’on ne finira jamais d’en parler. Donc sur le plan des acquis historique,  la Guinée en a beaucoup… c’est pourquoi  Je propose que le CNRD remette dans la structure gouvernementale un ministère ou un secrétariat général dédié au patrimoine historique uniquement.

On peut faire une tracée itinéraire des 11 résistants en commençant par le lieu de naissance jusqu’où ils sont morts. On fait aussi un inventaire de tous les sites historiques que nous avons et après nous allons voir ce qu’on peut proposer comme patrimoine historique » a-t-il déclaré après

Il est à noter que selon Amadou Djouldé Diallo, la Guinée est l’un des rares pays ayant connu 11 résistants à la pénétration coloniale en Afrique



Journaliste, Correspondante à Conakry


Commentaires

http-guineedirectinfos-com