Réapparition d’Ebola dans un contexte de Covid… Le Sociologue Sayon Dambélé appelle à capitaliser sur les acquis de l’’expérience….

178

Les dernières nouvelles relayées par la presse, notamment le très sérieux journal Le Monde, confirmées par une note de l’ANSS confirment la résurgence du virus Ebola dans la région forestière dans notre pays. On note déjà quatre décès, tous dans la région, dont l’infirmière contaminée et trois autres personnes ayant assisté à son enterrement.

Quelques réflexions face à cette inquiétude légitime qui monte dans l’opinion et auprès des décideurs :

1. Capitaliser tout de suite sur les acquis de l’expérience de gestion de l’épidémie dans notre pays. Sur le plan pratique, circonscrire la zone de contamination et isoler toutes les personnes contaminées et les cas contacts. Appeler l’attention des populations sur la nécessité de l’hygiène, des gestes de protection et des mesures strictes de prévention contre Ebola.

2. Réinvestir sans délai la piste de la vaccination. Celle-ci avait laissé de grands espoirs à la communauté scientifique internationale. Deux vaccins expérimentaux contre le virus Ebola existent déjà. Aussi, deux médicaments ont été mis au point en 2020 augmentant le taux de survie de patients. Toutes ces pistes doivent être amplifiées. Sur ce point, la question est éminemment politique car la priorité de nos partenaires étant porté sur le vaccin sur le Covid-19 et ses nombreux variants, il va falloir que nos gouvernants sachent imposer cette autre priorité pour une pathologie nettement plus mortelle.

3. Renforcer la stratégie de lutte et de surveillance des épidémies en Guinée. Cette stratégie dite de prévention et de riposte avait déjà donné des résultats probants. Par exemple la mise en place opérationnelle de trois laboratoires de test de dépistage (c’est le labo installé à Guéckedou qui a analysé et confirmé ce premier cas de résurgence d’Ebola), la dotation des équipes soignantes de matériels de protection individuel, l’équipement des laboratoires et un appui logistique ainsi que le financement des campagnes de sensibilisation et de communication à l’échelle nationale. Sans oublier la mise en place du projet REDISSE (Renforcement des systèmes régionaux de surveillance des maladies) financé par la Banque Mondiale. Toutes ces mesures doivent être renforcées et mises à jour.

4. Par rapport au Covid-19, revenir aux exigences de prévention et durcir le contrôle sur les gestes barrières en particulier le port du masque. On a l’impression que le Covid est derrière nous en Guinée, or, l’une des raisons de sa relative maîtrise chez nous tient des acquis d’Ebola notamment des réflexes de lavage des mains et d’autres gestes de protection. Force est de constater qu’ils sont relâchés voire abandonnés.

La balle est dans le camp des autorités en priorité et dans le nôtre comme citoyens et acteurs de la société civile pour plus de vigilance.

Que Dieu veille sur nous !

Sayon Dambélé



Avatar

Guinée Nondi, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com