Lutte contre la malnutrition en Guinée : le CNOSCG sensibilise la population

281

Le conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSCG), a organisé ce samedi, 26 décembre 2020, une journée spéciale de sensibilisation sur les bonnes pratiques nutritionnelles. C’est une journée qui s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la malnutrition en Guinée.

Dans son intervention, Dr Dansa Kourouma, président du CNOSCG a rappelé que cette journée a été organisée pour sensibiliser et expliquer aux communautés l’importance de la nutrition dans un pays. « D’abord, c’est de  sensibiliser et expliquer à la population, notamment : les communautés l’importance de la nutrition dans le développement d’un pays. Parce qu’il y a un lien logique entre la nutrition et le travail entre la nutrition et les études, entre la nutrition et les capacités de concentration. Mais le cerveau à lui seul a besoin de plus de la moitié de la capacité que ça soit à l’école ou dans les bureaux ».

Selon lui,  l’homme a besoin d’une calorie par jour pour les activités physique mais le cerveau lui seul a besoin plus la moitié de cette calorie là. « si un homme ne mange pas à sa faim, ne mange pas un repas équilibré, moins de graisse en fonction de l’âge, de protéine et glucose mais dans un équilibre parfait, cet homme sera improductif pour la société, sa capacité de travailler sera réduite. Si un enfant ne mange pas avant d’aller à l’école cet enfant aura la capacité de concentration très faible. Quand il n’est pas garanti pour la société 3 repas par jour, cette société aura une capacité de productivité très faible », explique-t-il.

Ensuite, Dr Dansa a demandé aux nourrices de privilégier le lait maternel pour la bonne croissance de leurs enfants. «  je demande aux adultes  de respecter la ration alimentaire qui consiste à manger trois fois par jour. a la population, de faire comprendre que garantir de trois repas par jour est plus bénéfique que recharger son portable téléphonique. Aux jeunes filles en âges de procréer, le premier cadeau que Dieu leur a donné c’est le lait maternel, quand vous donnez le lait maternel à votre enfant vous le garantissez une croissance équilibrée, vous le garantissez les capacités intellectuelles optimal et cet enfant résiste à la maladie. Le lait maternel contient tous les nutriments et surtout les antis corps nécessaire pour aider à l’enfant de résister contre les maladies. Aux collectivités locales, aux maires du pays la sécurité alimentaire incombe à leur responsabilité parce que tout ce que vous prenez comme engagement pour votre communauté, si elle ne mange pas à sa faim ça devient la parole en l’air, la première raison de survie d’une personne c’est de manger à sa faim » ajoute-t-il.

Pour finir, le président du CNOSCG lance un message au président de la république. « Je demande au Chef de l’État à l’orée de son nouveau gouvernement que ça soit inscrit au titre de priorité des priorités de notre pays, la lutte contre la malnutrition, la création de condition et que tous les enfants, surtout toutes les femmes qui ont plus besoin d’une bonne alimentation que des hommes. Si les femmes à l’âge de procréer ne mangent pas à leur faim elles vont accoucher des enfants avec les faibles poids de naissance et cet enfant va tomber dans la mal nutrition. Nous leur demandons de créer à toutes les écoles public du pays des cantines scolaires gratuites pour les enfants pour que tous les enfants du pays ait trois repas par jour », conclut-t-il.

À noter que la rencontre a mobilisé des femmes et des sages venus de cinq communes de Conakry.

Aboubacar M’mah Camara



Journaliste - Conakry -Guinée Tel : 224 669 49 32 51


Commentaires

http-guineedirectinfos-com