Cellou Dalein Diallo est l’incarnation d’un politicien véreux à col blanc, dixit le politologue Fayala Koumbassa

1270

Cellou Dalein Diallo, est un homme politique guinéen né le 3 février 1952 à Labé,  avant d’être leader politique, il occupa plusieurs fonctions ministérielles pendant le régime Conté. Il fut même Premier ministre de décembre 2004 à avril 2006 et limogé pour faute lourde. Propulsé sur le devant de la scène par Bah Mamadou, et grâce au soutien de la coordination Hali poular, il est devenu aujourd’hui le plus grand opposant au régime d’Alpha Condé.

Mais beaucoup ont des doutes sur la capacité de cet homme à incarner le changement tant entendu par les guinéens. C’est pourquoi, on peut se poser énormément de questions sur les capacités de Cellou Dalein Diallo à diriger la Guinée.

Est-il l’homme qu’il faut pour la  Guinée ?

Est-il crédible pour lui confier les clés de Sekhoutoureya ?

Est-il capable de rassembler les guinéens ?

Bref, peut-il être un bon président pour les guinéens ? Au regard de son passé et la manière dont il incarne l’opposition et gère son parti, il serait très difficile voire impossible de  répondre ces questions par l’affirmative. Cellou Dalein a un passé qui ne plaide pas en sa faveur, par le simple fait qu’il a été le « fils spirituel » de Lansana Conté, donc il a participé à la mise en place d’un état défaillant avec tous ses corollaires : détournement du denier public, corruption au sommet de l’état, le népotisme, la  gabegie, l’amateurisme, ou encore le banditisme d’état, bref le pillage économique du pays des rivières du sud. D’ailleurs  le nom de Cellou Dalein Diallo a été associé à tous les gros  dossiers de détournement : l’affaire de la vente de la première usine d’alumine en Afrique à Fria, la faillite de la compagnie nationale Air-Guinée. En plus, il a été cité dans tous les audits réalisés depuis la mort de Conté (celui du par le CNDD et du gouvernement Kouyaté). Ce constat démontre que Cellou Dalein Diallo n’est pas un homme fiable à qui on peut confier les clés d’une présidence de la république. Une citation bien de chez nous dit qu’un homme avertit en vaut certainement plusieurs, donc les guinéens sont avertis.

Par ailleurs, la gestion interne de son parti et sa ligne politique ne plaident pas non plus en sa faveur. Depuis son accession à la tête de ce parti, il le dirige avec une main de fer. L’UFDG représente un « royaume communautaire » dont le Roi serait Cellou Dalein Diallo. Vénéré par ses sujets comme le plus saint politicien de la Guinée « tous les autres sont noyés sauf Cellou Dalein Diallo qui est blanc comme neige). Pour ses militants, Il n’a jamais tort, il ne trompe jamais, c’est un Dieu vivant. Pourtant en analysant la démarche de ce parti, on se rend compte qu’il est même loin d’être démocratique. Le parti n’offre aucune chance  aux jeunes de grandir. Les représentants du parti lors des dernières élections locales, est un exemple illustratif. Pire, à chaque fois que ce parti ou son leader a les possibilités de rentrer dans l’histoire, il est passe à côté de son destin. On se souvient de la loi sur la CENI votée à l’unanimité à l’assemblée par les députés de l’UFDG et du RPG, pourtant une loi taillée sur mesure qui ne favorisait que ces deux  partis. Or, le Pays a besoin d’une CENI technique et non politique. Ce qui voudrait dire que l’UFDG et le RPG sont comptables de l’imbroglio politique qui a suivi les élections et l’installation des administrateurs locaux. Pour beaucoup, Cellou Dalein est un leader cupide, son point faible est l’argent, ce qui expliquerait ses multiples prises de positions unilatérales. Le comble vient de se réaliser avec la prorogation du mandat des députés, une fois encore ce parti avait l’occasion de rentrer dans l’histoire en envoyant un signal fort  au président Alpha Condé, mais hélas, il a préféré choisir l’intérêt personnel au profit de celui général. En acceptant de siéger à l’assemblée, le parti ouvre un boulevard plus grand que les Champs-Elysées, plus grand que le boulevard Diallo Telly pour un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé. Le parti avait la chance de se comporter en vraie alternative  au pouvoir d’Alpha Condé aux yeux des guinéens, mais hélas cet espoir est encore raté.

A tous ces comportements irresponsables, Cellou dalein Diallo fait de l’instrumentation de la mort de jeunes manifestants son fonds de commerce. Au lieu d’honorer la mémoire de ces vaillants jeunes tombés lors des manifestations par des prises de décisions rationnelles et responsables, il privilégie le côté matériel et égoïste d’une certaine oligarchie de son petit clan politique.

En fin, la nomination de Cherif Bah ancien gouverneur de la banque centrale comme vice-président, et cité dans tous les audits pour détournement du denier publics, de Ousmane Gaoul Diallo  comme directeur de communication qui n’a pourtant pas sa langue dans sa  poche et qui raconte des balivernes à chacune de ses sorties, sont autant de signaux négatifs qui démontrent que Cellou Dalein Diallo est un politicien véreux à col blanc et incapable de rassembler les guinéens.



Guinée Nondi, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com