AG/ONU: « Le colonel n’était pas en terrain hostile…les rédacteurs, par émotion, se sont mis à muscler un discours qui n’en avait pas besoin » ( Par Sow Rousseau)

860

Il est plus pertinent de tenir cette partie du discours , face aux dirigeants Français, Anglais et Américains, dans un cadre bilatéral, qu’à l’ONU.
Notre président de la Transition a rencontré à plusieurs occasions des dirigeants Français, Anglais et Américains, c’est là qu’il fallait dire ça les yeux dans les yeux.
Ceux qui rédigent les discours d’un président, doivent maîtriser la logique et la dialectique, c’est à dire, ils doivent sur leur brouillon, construire un discours, un contre-discours, et une synthèse qui ne doit pas être un résumé, mais le dépassement du discours et du contre-discours.
-Le discours tenu à l’ONU contient des propos d’adolescent, tels « Nous ne sommes ni…ni… nous sommes pro-Africains… »
-Certains passages du discours illustrent aussi la paresse intellectuelle des rédacteurs, qui se contentent de ramasser des propos insensés qui se tiennent depuis plusieurs décennies et qui symbolisent en réalité, la mauvaise foi des dirigeants Africains et le point de départ du basculement de tout dirigeant Africain lorsqu’il se prépare à violer, soit ses engagements, soit les textes de son pays pour garder le pouvoir. Ces propos sont « La démocratie qui nous a été imposée ne fonctionne pas, elle est inadaptée à nos réalités…», et patati patata
-Le discours était aussi trop défensif , comme si le Président de la Transition se trouvait devant des personnes qui l’accusent ou le soupçonnent de quelque chose, ce discours était une plaidoirie d’avocat défendant un accusé face à des jurés de Cour d’Assises.
Or, un discours de justification n’était pas nécessaire pour les raisons suivantes :
1-Le putch du 5 septembre 2021 avait été accepté par le peuple(l’écrasante majorité). légitimité numéro 1;
2-Les autorités de la Transition ont été reconnues par la communauté ! internationale. légitimité numéro 2,
3-Un chronogramme CEDEAO-Guinee a fixé un calendrier du 36 mois et cela a été accepté et ce calendrier n’est pas encore violé. Légitimité numéro 3.
Vu ces 3 points, le colonel n’était pas du tout en terrain hostile, donc, le discours à l’ONU n’avait pas à être défensif, justificatif. Mais, les rédacteurs, par émotion, se sont mis à muscler un discours qui n’en avait pas besoin.
Je peux rédiger de très bons discours , mon tarif c’est 1000€ la page, me contacter inbox, je suis convaincu, sans prétention, être meilleur en Logique, en Dialectique, que ceux qui rédigent actuellement les discours du président de la Transition.
Adouna no yourmi trop
JJR



Administrateur Général