Journée internationale de l’eau : le Directeur Général de la SEG donne des précisions

697

En prélude de la célébration de la journée internationale de l’eau prévue demain mercredi, 22 mars 2023, la Société des eaux de Guinée (SEG) a organisé une rencontre d’échange à Conakry. Le thème retenu pour cette année est : ‘’Accélérer le changement’’.
Dans son intervention, le directeur général de la SEG, Aboubacar Camara a fait le point sur la situation de l’eau potable en Guinée.
« Notre pays, comme de nombreux autres de la sous-région, fait face à de nombreux défis en matière d’eau. La pression démographique, les changements climatiques et la pollution sont autant de défis qui nécessitent une action urgente pour garantir l’accès à une eau de qualité à tous nos concitoyens.
En effet, l’accès à l’eau est un droit fondamental pour tous les citoyens, et il est de notre devoir de garantir cet accès de manière équitable et durable ».
Selon lui, la SEG a une responsabilité importante en matière de gestion de l’eau. « Nous devons travailler en étroite collaboration avec toutes parties prenantes, entreprises, élus locaux, partenaires au développement, communautés et les organisations de la société civile pour garantir une gestion efficace et durable de nos ressources en eau. Cela implique de promouvoir des pratiques responsables en matière d’utilisation de l’eau, de prévenir la pollution et de promouvoir la conservation des ressources en eau ».
Dans la même lancée, il a fait savoir qu’aujourd’hui, la SEG n’arrive pas à couvrir les besoins de la population en eau potable dû à la vétusté des infrastructures. Selon lui, la plupart des installations datent de plus de 25 ans, c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu d’investissement majeur dans ce secteur depuis 30 ans.
« Ce qui a provoqué la prolifération sauvage et anarchique de forage un peu partout. La situation alarmante et désastreuse de l’approvisionnement en eau potable des populations dans les zones urbaines avec un taux de desserte à travers les réseaux d’eau potable de la Société des Eaux de Guinée (SEG) très faible, en moyenne 7% pour les villes de l’intérieur et 31% pour la ville de Conakry, aussi, un risque sanitaire à moyen terme élevé par suite de consommation d’eau potentiellement pathogène provenant des puits tubulaires domestiques exécutés de manières incontrôlées sur toute l’étendue du territoire national et un besoin urgent et important d’investissements dans les infrastructures des systèmes d’alimentations en eau potable des populations environ 2,7 Milliards de Dollars US: C’est pourquoi, le Président de la République et son gouvernement ont souligné que chacun et chacune d’entre nous doit prendre ses responsabilités afin d’éviter une catastrophe ».
Aboubacar M’mah Camara



Toronto, Ontario, Canada