Face à l’irresponsable discours du Président Tunisien, pas d’amalgame en Guinée, la fraternité doit rester de mise avec les Tunisiens vivants chez nous.

703

Du célèbre Léopold Sédar Senghor :

« Les racistes sont des gens qui se trompent de colère. » 

Le choc est de taille, une atrocité déconcertante infligée à des citoyens Africains en l’occurrence Guinéens pour ce qui nous concerne, avec comme épine irritative, un discours incitateur à la haine prononcé bizarrement par la première autorité, le Président Tunisien.

Bien entendu, ce discours ne doit pas faire oublier les signes avant-coureurs d’un mal être déjà installé dans la vie de nos concitoyens depuis des années, dans ce pays et dans bien d’autres pays d’ailleurs.

Rien de plus stupide au monde que la vermine de la haine raciale.  Plus étonnant, lorsqu’elle s’exprime à l’intérieur du même continent.

Face à cette situation fort regrettable, nous devons tout faire pour préserver le bon vivre ensemble avec les Tunisiens qui vivent en Guinée depuis plusieurs années.

« Combattre la haine, l’antigène de la violence, cultiver l’humilité, une belle vertu de l’intelligence humaine. »

Je suis un peu gêné par la légèreté dans la réaction des institutions Africaines face à cette situation déraisonnable !

Les institutions se sont limitées à une simple condamnation. La déclaration devrait être proportionnelle à l’ampleur de la haine et donc nécessité d’une sanction.

Face à cette situation humainement insupportable, l’honnêteté et la bonne conscience nous exhortent à saluer la rapidité de la réaction du pouvoir guinéen dans le processus de rapatriement de nos compatriotes qui le souhaitent. 

Peu importe la valeur des moyens, l’action en vaut la chandelle.

Par vertu, nous devons garder le courage de dire les choses telles qu’elles sont.

Il n’y a aucun compromis dans la préservation de notre dignité.

« L’honneur c’est bien la dernière richesse des pauvres. » Albert Camus.

Lorsqu’on pense avoir tout perdu, il nous reste heureusement quelque chose de formidablement capital : l’honneur et la dignité.

Des voies et moyens doivent être explorés pour faciliter la réinsertion de tous ceux qui ont accepté le retour au pays, sans oublier la protection des Guinéens qui ont décidé de rester en Tunisie pour des raisons diverses.

Aucun pays ne se surpassera dans le repli hermétique, cependant, tout doit être fait pour que le Guinéen trouve du bonheur et du plaisir chez lui, au prix bien évidemment du courage et de la volonté de s’investir dans l’espérance de l’égalité pour chacun et justice pour tous.

Dans ces moments de violence haineuse, il ne doit pas échapper à l’humilité du Guinéen qu’il y a aussi des Tunisiens de bonnes valeurs socioéducatives. Donc, ne pas mettre tout dans le même sac.

Que Dieu bénisse la paix en Guinée et dans le monde.

Docteur Solian Konaté

Praticien Hospitalier Permanent des Hôpitaux de France

Chirurgien Orthopédiste et Traumatologue au CHHB.



Toronto, Ontario, Canada