TRIBUNE: DE LA SORTIE DE MOUCTAR DIALLO (NFD)

264

Nous avons lu hier dans les médias et sur sa page facebook, la déclaration en guise de témoignage de Dr Mouctar Diallo, président du parti « nouvelles forces démocratiques ». Cette sortie à mon sens, répond à deux épineuses questions. Au-delà du fait que le contenu reste constant aux premières déclarations de l’auteur, cette sortie résout en premier lieu, la problématique liée à l’obligation de présence au tribunal des principaux acteurs politiques. Et en deuxième lieu, elle permet de corroborer les auditions des accusés qui prétendent avoir sauvé les leaders politiques lors du massacre du 28 septembre 2009 :

1 –Pour une innovation juridique et judiciaire  (jurisprudence):

Face à la persécution politique que subissent les principales forces politiques du pays, le télé-témoignage de Dr Mouctar Diallo sonne comme une jurisprudence permettant de pallier à l’absence des leaders à ce procès. C’est une innovation judiciaire pouvant permettre de confirmer ou non les propos des différents accusés. Nul ne peut désormais justifier l’obligation de présence pour les leaders politiques qui ont qualité de témoins à ce procès. Il relève désormais de la malhonnêteté intellectuelle d’en appeler ou d’exiger la présence de ceux des témoins qui sont persécutés par un régime de putschistes en voie de confiscation de pouvoir.

Les différents moyens technologiques (appels vocaux ou vidéos, enregistrements ou courriers recommandés…) pourraient permettre la facilitation des témoignages de ceux dont la persécution se trouve avérée. Le juge pourrait par exemple faire jurisprudence et inviter les Présidents Cellou Dalein Diallo et Sydia Touré aujourd’hui en exil, à fournir des télé-témoignages, comme l’a fait Mouctar Diallo. Le juge dans sa sagesse, pourrait même procéder à des appels vidéos ou vocaux en direct des audiences, pour requérir les récits des témoins clés qui ne peuvent être à la barre. Il s’agira dans ce cas de figure de jurisprudence puisque le législateur guinéen ne l’a expressément pas prévu.

2- C’est bien les officiers Toumba Diakité et Tiégboro Camara qui ont sauvé les leaders

Dans ma publication du 6 octobre 2022 sur les médias en ligne et sur ma page « Moko de Guinée », je dénonçais les déclarations trop partisanes de certains journalistes qui constamment en appelaient, exigeaient la tenue de ce procès, mais qui aujourd’hui nous tympanisent de théories conspirationnistes. Certains de leurs commentaires étaient tellement aberrants que ça frisait l’insolence à la mémoire des victimes. Des commentaires du genre « les manifestations étaient interdites, donc les leaders ont leur responsabilité dans le massacre« , ou encore « le stade n’aurait pas dû être mis à la disposition des manifestants« , ou pire « il n’y a pas eu de viols, tout ceci serait un montage » ou même « c’est les leaders politiques qui se sont servis de Toumba Diakité et de Tiégboro pour piéger Dadis« , etc. Des subterfuges et autres théories conspirationnistes fusaient pour criminaliser le droit de manifester et incriminer Toumba, Tiégboro et les leaders politiques. Et le pire, c’est sur les plateaux de médias que de tels propos orduriers étaient tenus. Les vidéos existent encore, vous pouvez les réécouter. C’était dans les émissions de la radio Espace.

Mais lorsque je dénonçai de telles pratiques dans ma publication du 6 octobre 2022, c’est moi qui fus calomnié et traité de tous les noms. Alors que je n’ai fait que dénoncer le mal commun : la connivence ethnique. Mais c’était une peine perdue. Parce que moi je défens ce que je crois être juste, même sachant que cela pourrait enrager certains. Ce jour-là, j’avais cru socialement utile de dénoncer l’esprit trop partisan de ces journalistes qui usaient de leurs plateaux pour propager des contre-vérités et des théories conspirationnistes. J’avais trouvé injuste et intellectuellement malhonnête de leur part de vouloir incriminer seulement Toumba Diakité, Tiégboro et même les leaders politiques, et insidieusement disculper les autres. La Guinée dont je rêve est une République,  une Nation multiethnique et multiculturelle au sein de laquelle toutes les composantes doivent être placées sur le même piédestal. 

Alors je suis soulagé que cette déclaration de Dr Mouctar m’ait donné raison. La vérité triomphe toujours de la calomnie. Selon Mouctar, c’est Toumba qui le sauva, lui avec Sydia Touré et François Fall. Le Président Sydia et François Fall confirment eux aussi cette vérité. Quant à M. Bah Oury, feu Jean Marie Doré et le Président Cellou Dalein, ils furent sauvés par le Colonel Tiégboro Camara. Leurs témoignages en font foi. Je suis donc heureux que les guinéens comprennent que c’est pour la vérité que je les ai défendu ce jour-là, et non pour une quelconque autre raison.

Je précise que c’est en tant qu’intellectuel panafricaniste que je m’exprime sur tous les sujets susceptibles d’influencer la vie des Africains et du continent noir. C’est à ce titre que je combats tous les fléaux qui touchent notre société nationale. Sinon je ne suis ni un blogueur, ni un communicant politique. Mais à 8000 kms de mon pays, les médias en ligne (sites internets) et les réseaux sociaux restent le meilleur moyen à disposition pour véhiculer mon message.

Que Dieu bénisse la Guinée et l’Afrique !!

Kemoko Camara



Toronto, Ontario, Canada


Commentaires

http-guineedirectinfos-com