Le président du GOHA à sa descente d’avion : «Colonel Doumbouya n’a pas fait un coup d’Etat, il a fait un coup de paix »

768

Après près de deux ans d’exil à Dakar sous la pression du régime d’Alpha Condé, le président du groupe organisé des hommes d’affaires (GOHA) a regagné Conakry ce mardi 14 septembre 2021. A sa descente d’avion, Cherif Habdalla se dit content de revenir au bercail.

D’entrée, il a remercié sa  mère âgée de 80 ans qui a fait des prières pour lui, afin qu’il rentre au pays. « Ce qui m’a marqué en première position, c’est ma propre maman et ma sœur  qui sont allées me chercher à Dakar. Lorsqu’elles sont arrivées à l’aéroport de Dakar, maman m’a vu et elle a commencé à me dire : ‘’mon fils, je prie Dieu que tu rentres plus vite en Guinée’’, et ses prières ont été acceptées par Dieu, aujourd’hui, je suis rentré au pays».

Concernant le putsch du 5 septembre 2021 du Comité National pour le Rassemblement et du Développement (CNRD), le président du GOHA le qualifie du coup de paix et non le coup d’Etat.

« Colonel Doumbouya a fait un coup de paix et non un coup d’Etat, parce que la Guinée n’était pas en paix, la Guinée était au bord d’une guerre civile.  Aujourd’hui, nous avons la paix du cœur et nous sommes tranquilles. J’ai été accueilli par les femmes douanières à l’aéroport qui ont applaudi pour moi, vraiment quand vous voyez ça, vous allez comprendre que les gens avaient hâte de nous rencontrer en tant que citoyen guinéen.  Notre vie c’est  en Guinée, pas à ailleurs ».

Poursuivant, son intervention, il a précisé qu’il est venu travailler avec les nouvelles autorités du pays. « Nous ne sommes pas venus pour accompagner, nous sommes venus travailler avec les nouvelles autorités pour le décollage de notre pays. Nous ne sommes pas venus pour faire la démagogie, nous sommes venus pour travailler avec Colonel Doumbouya ».

Pour finir, il a invité le président du CNRD  de se méfier aux démagogues. « J’invite les nouvelles autorités du pays de travailler sérieusement et surtout d’éviter les démagogues, éviter les erreurs du passé », a-t-il conclut.



Journaliste - Conakry -Guinée Tel : 224 669 49 32 51


Commentaires

http-guineedirectinfos-com