Tueries en Guinée : Faudrait-il que le guinéen soit toujours tué pour un oui ou un non? S’interroge Lansana Kouyaté

194

L’on a enregistré hier  plusieurs morts suite aux différentes manifestations à travers le pays. A Kamsar dans la préfecture de Boké, à Coyah et à Dubreka, les populations sont sorties pour manifester contre certains manquements des gouvernants. Ces manifestations  ont été réprimées dans le sang.  Bilan  entre 6 à 7 morts, plusieurs blessés et des dégâts matériels importants

une femme enceinte blessée par balle à Coyah

A kamsar, les populations ont manifesté contre les coupures intempestives du courant en ce mois de Ramadan et en cette période de confinement, des émeutes qui ont causé la mort d’une personne par balle selon une source familiale. A Coyah, plusieurs autres personnes auraient succombées sous le crépitement des balles des forces de l’ordre pour avoir demandé la levée d’un barrage à Friguiadi dans la sous-préfecture de Maneah. Bref encore une journée noire pour le peuple de Guinée. Encore des familles endeuillées suite à la barbarie policière en Guinée

Suite à ces tueries, Lansana Kouyaté, l’ancien premier ministre et président du parti PEDN a dénoncé ces barbaries d’un autre siècle. Il a ensuite demandé justice et espere que ces crimes ne seront pas impunis

« Ce qui s’est passé à Coyah, à Dubreka et à Kamsar, ce 12 Mai 2020, est une preuve de plus de la préférence de ce régime à la confrontation et à la domination. Plusieurs morts et blessés auraient été enregistrés. Il aurait juste suffit d’écouter les citoyens et renforcer le dispositif à la sortie de Dubreka et de Coyah. Nos condoléances les plus attristées aux familles éplorées et nos voeux de prompt rétablissement aux blessés.

Une énième fois, nous demandons que justice soit faite. Ces crimes ne devront pas rester impunis. » a-t-il déclaré sur sa page Facebook

A quand la fin des tueries en Guinée ? A quand la justice sera rendue aux familles des victimes ? A quand les forces de l’ordre cesseront de tuer les populations lors des manifestions ? Pour l’instant, il serait difficile de répondre à toutes ces questions, dans la mesure où des centaines de guinéens ont trouvé la mort depuis 2010 à cause de simples revendications.



Sonny CAMARA

Administrateur Général


Commentaires

http-guineedirectinfos-com