Dialogue politique: vers l’audit du fichier électoral

1076

 C’est un point majeur dans l’avancée des travaux du comité de suivi du dialogue politique. Les acteurs politiques ont demandé que des compétences internationales soient mises au travail, sur ce, l’Union Européenne, l’organisation de la francophonie et le PNUD ont coopté d’éminents experts qui vont aider dans ce travail avec la commission technique d’audit du comité de suivi du dialogue et la commission électorale nationale indépendante. Les travaux ont été officiellement lancés ce mercredi 8 août 2018 à Conakry.

« C’est un honneur pour nous, d’avoir lancé ce matin les travaux de cet audit. Nous n’avons pas de doute qu’à l’issue certaine de ce travail, avec l’engagement de la CENI et les acteurs politiques mais aussi la qualité des experts qui sont avec nous. Les travaux du comité de suivi sont entrain de faire de bon chemin .Nous pensons donc le meilleur est à venir par rapport aux échéances électorales qui vont s’ouvrir dans notre pays, pour que ces résultats qui vont être issues de ces élections soient des résultats acceptés par tous, pour le bien être de la paix dans notre pays », a indiqué Bourema Condé ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation et président du comité de suivi du dialogue politique.

« Le fichier n’a jamais été un objet de contestation, mais les acteurs politiques toutes tendances confondues ont voulu savoir qu’est ce qu’il y a du bon, du moins bon, du mauvais dans notre fichier . C’est pourquoi ils ont demandé l’audit du fichier. L’audit consiste à vérifier si on peut le maintenir, l’améliorer ou le changer. Cela va aboutir à des recommandations, ces recommandations là, la CENI va les prendre à bras le corps lors de la révision de la liste pour corriger la situation », a indiqué maitre Salif Kebé président de la CENI.

« La CENI a prévu 25 jours en ce qui concerne l’audite du fichier, mais les experts qui vont déterminer s’ils peuvent le faire en une semaine ou au-delà de 25 jours. Notre loi a dit avant chaque élection que le fichier soit révisé. C’est une façon de voir ce qui n’est pas bon, ce qui doit être adapté, qui doit rentrer, qui doit être extrait », a-t-il conclu.



Journaliste, Correspondant à Conakry


Commentaires

http-guineedirectinfos-com