CULTURE: HISTORIQUE DU TOURISME DE LA PÉRIODE COLONIALE À 1984.

629

Les premières structures formelles de gestion du tourisme en Guinée datent de la seconde moitié des années 40. Il s’agissait à Conakry, à Dalaba et à Macenta de syndicats d’initiative (chambre de commerce) regroupant les opérateurs du secteur.
C’est le 30 août 1950 qu’est créé le premier comité local du tourisme, ayant pour mission la coordination et le développement de ce secteur.
Les premiers circuits touristiques aux iles de Loos, à Kakoulima, au Voile de la Mariée et même plus loin, à Dalaba, à la Saala, au Ziama et au mont Nimba, seront organisés.
Les premiers réceptifs, ceux de la Compagnie des « wagons-lits », les buffets de la gare de Kindia, Mamou et Kankan sont construits ainsi que les résidences de villégiature et d’acclimatation de Dalaba (villa Jeannine) et de Sérédou.
C’est aussi au cours de la même année 1950 que sont construits les deux « hôtels de France », à Conakry et à Kindia, le « Pavillon Bleu » à Kindia « la Volière » à Dubreka, l’hôtel du Tourisme à Labé, « la Latitude 12 » à Koundara, l’hôtel du FOUTA de Dalaba ainsi que les Caravansérails de Kissidougou et Faranah, pour ne citer que ceux-là.
Cette période connaitra aussi la mise en place de restaurants et dancings, à l’époque, très à la mode : le « Royal St-Germain », « le Rat Palmiste », « le Bar Alpha », « le Grillon », et « l’Oasis ».
La construction de réceptifs va prendre un véritable essor pour doter presque
tous les cercles administratifs d’un établissement de restauration ou d’hébergement public ou privé.
Après l’indépendance, sont construits en 1963 pour faire face aux besoins d’une clientèle de congrès de plus en plus importante, les établissements tels que le Motel de Gbessia, l’hôtel Camayenne, l’hôtel « Foret Sacrée » de N’Zérékoré, le « Palm hôtel » de Macenta, l’hôtel « Simandou » de Beyla, l’hôtel « Niani » de Siguiri, l’hôtel « Kinkon » de Pita, l’hôtel de Télimélé. Cette étape sera aussi marquée par la construction de structures d’hébergement appelées « Villa Syli » dans toutes les régions administratives, actuelles préfectures du pays.
Toujours en 1963 après la création, au sein du Ministère de l’Information et du Tourisme, d’un service National du Tourisme sont organisés les premiers circuits touristiques à Dalaba, Labé et N’zérékoré.
C’est à partir de cette même période que sont organisés les premiers circuits de chasse aux gros gibiers à Ourekaba (Mamou). La plage de Sorro aux Iles de Loos à l’époque, était exploitée par la société des Bauxites du MIDI qui y organisait des excursions pour ses travailleurs. Quant aux plages de Room, « le Gouverneur et Pokia », elles étaient exclusivement réservées aux diplomates et aux experts. C’est aussi dans ce cadre qu’était fréquentée par les expatriés la plage de Bel-Air et aussi pratiquée la semaine d’acclimatation de Dalaba pour ceux qui après un long séjour devaient rejoindre l’Europe.
Mais ce démarrage sera interrompu par l’agression du 22 novembre 1970 qui mettra un terme à une activité ralentie, car suspecte au regard des autorités du pays.
Il faudra attendre 1979, avec les préparatifs des sommets de l’Association du Bassin du Niger – ABN, de la CEDEAO de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) et des Non Alignés pour voir la création, au sein du Ministère de l’Information, d’une structure de gestion des questions du tourisme, avec l’aide du PNUD chargé dans le cadre du projet GUI 78-014 de la formation des personnels devant faire face aux besoins de ces conférences. Aussi dans le même contexte sont lancés les projets de construction de l’hôtel pilote du Grand Hôtel de l’Unité – GHU– avec 80 chambres, les 50 résidences présidentielles de la Cité des nations et le Grand Hôtel de l’Indépendance –GHI– ex hôtel de France rénové et agrandi à 224 chambres.
En 1983 est créé par décret une structure formelle de gestion des questions de tourisme: l’Office National du Tourisme et de l’Hôtellerie (ONATHOL). Les textes d’application et de mise en place de la structure ont fait l’objet d’un arrêté signé au mois de janvier 1984. Ce service ne sera opérationnel qu’au mois de Juillet 1984 après la prise du pouvoir par l’armée le 3 Avril 1984.
Source : Paf Guinée
Facebook Khalil Kaba



Administrateur Général