Manifestants tués en Guinée : Kalemodou Yansané dénonce

499

Après la manifestation organisée par les Forces Vives de Guinée (FVG), qui a enregistré 4 morts et des dégâts matériels importants, le débat continue au sein de la classe politique guinéenne.
Ce Samedi 09 Septembre, lors de l’assemblée générale hebdomadaire de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), tenue à son siège à Conakry, Kalémodou Yansané, l’un des vice-présidents de cette formation politique, a déploré les récents cas de mort, enregistrés lors des manifestations organisées par les forces vives de Guinée, avant de réclamer justice pour les victimes. Selon lui cette assemblée aurait pu être annulé à cause des victimes :《On aurait peut-être annulé l’assemblée générale d’aujourd’hui, pourquoi ? Parceque le pays est en deuil. Ce n’est pas seulement l’UFDG qui est en deuil ,ce n’est pas seulement les forces vives qui sont en deuil, c’est la Guinée, c’est l’Afrique qui sont en deuil. A l’occasion du 2ème anniversaire de la prise du pouvoir hors élections du CNRD,la Guinée a perdu 4 citoyens, le 5ème est malheureusement décédé aussi hier. Les informations à notre disposition attestent que toutes ces victimes sont mortes malheureusement par balles. A cette triste occasion, je voudrais demander de vous lever tous, d’observer une minute de silence….vous savez c’est bien de construire des ponts, c’est bien d’inaugurer des routes, mais même si toutes les routes de la Guinée sont bitumées, ces travaux ne valent pas une vie humaine. Nous avons perdus 5 jeunes,tous de moins de 20 ans. Ils (victimes) n’ont as droit à la compassion. Je suis sur qu’il n’auront pas également droit à la justice, comme les 25 autres qui sont décédés avant le 5 Septembre dernier. Malheureusement nous totalisons 30 victimes assassinées depuis la prise du pouvoir du CNRD》déplore t’il poursuivant il rajoute: 《Le rôle de l’état, je dois vous le rappeler, le rôle essentiel de l’état, le rôle principal de l’état, c’est d’abord de protéger les citoyens et leurs biens, de rendre la justice, d’assurer l’état de droit, de protéger le pays. Nous avons perdus 30 citoyens. A l’exception de la première victime pour laquelle Monsieur le ministre de la justice s’était levé, et ils ont trouvés le coupable, les autres jusqu’à l’heure où je vous parle, nous n’avons pas connaissance d’une justice ou en tout cas de la présentation d’un coupable . La rhétorique qui est parfais véhiculer malheureusement par la presse, on dit ils envoient les enfants des autres à l’abattoir. Je ne voulais pas prononcer cette phrase. La manifestation est un droit, comme la vie est un droit mais tuer une personne, assassiner un citoyen est un crime. L’état doit pouvoir trouver, arrêter, juger les coupables si l’état ne joue pas ce rôle là, l’état est défaillant. Si les citoyens n’ont pas droit à la justice, ils sont obligés, ils seront amenés à se rendre justice et le cycle infernal de la vengeance commence. Ça déstabilise un pays. Nous condamnons, nous condamnons fermement les tueries perpétrées le 05 Septembre 2023, sur l’axe de la liberté.Il y a eu beaucoup de déclarations qui ont été faites, qu’on va traquer les auteurs, je souhaite vivement que les auteurs soient traqués et punis à la hauteur de leur forfaiture》affirme Kalémodou Yansané



Journaliste, Correspondante à Conakry