Sécurité/Pita: Le ministre Bachir pose la première pierre d’un commissariat ultra-moderne

765

Le ministre de la sécurité et de la protection est en Moyenne Guinée. Après Mamou la ville carrefour, c’est à Pita que des actions sont entreprises pour changer l’image de la police nationale. Cette localité relève de la région administrative de Mamou. Ici encore l’on procède à la pose de la première pierre pour la construction d’un commissariat ultra moderne pour les fonctionnaires de police. Le commissariat central de cette ville avait été incendié lors des manifestations post-électorales. Sur ce site de 500 M2, un bâtiment R+1 et d’autres commodités sortiront de terre prochainement. Cette action est menée par le ministère de la sécurité et de la protection civile pour changer l’image de la police nationale. Après les villes de Fria et Boffa en basse Guinée, c’est en Moyenne Guinée que le ministre Bachir Diallo pose ses valises pour lancer les travaux de construction de plusieurs Commissariats centraux .


Tour à tour, le maire de la commune Urbaine, le gouverneur de région, le préfet, le commissaire central se sont succédés pour d’abord souhaiter la bienvenue au ministre et sa suite et ensuite louer les efforts consentis par les autorités de la transition pour changer le cadre de travail des fonctionnaires de police.
Dans son allocution, le maire de la commune Urbaine de Pita a rappelé des difficultés qui se posent aux citoyens dans le cadre de l’obtention de la carte d’identité biométrique à toutes les couches sociales. Fonctionnaires, ouvriers.
En réponse, le ministre Bachir a rappelé aux populations et aux jeunes que l’édifice qui sortira de terre est à eux et à leur service. S’agissant des difficultés liées à l’obtention des cartes d’identité, le premier responsable de la police et de la protection civile précise: 《 Permettez-moi avant de terminer pour dire que nous avons entendus les préoccupations telles qu’évoquer par le maire de Pita.je pu vous assurer que les mêmes préoccupations identiques de bout en bout ont été portées à notre attention à Mamou. Ça veut dire quoi? Le problème d’acquisition de la carte d’identité nationale est réelle. C’est un service public, c’est un droit pour le citoyen d’avoir une carte d’identité nationale et c’est le devoir du ministère de la sécurité et de la protection civile de lui donner cette carte d’identité là où il le souhaite et quand il le souhaite》. Plus loin il ajoute: 《 Donc ce problème nous allons le prendre à bras le corps. Ce n’est pas normal qu’un service publique qui doit être banal, ordinaire soit compliqué pour tous nos citoyens. Mamou, Pita ça veut dire que c’est sérieux. Maintenant il faut que vous sachiez que ce ne sont pas les policiers qui sont directement responsables de cela . Il y a une convention BOT autrement un contrat qui nous lie avec un civil. C’est ce civil qui a le contrat, c’est lui qui fournit le matériel. La police est la juste en fonction de l’équipement qu’il a fourni de vous donner la carte d’identité nationale. Donc le problème, il va pas se régler seulement au niveau de la police. Donc il va se régler au niveau du partenaire . Le partenaire on va le rencontrer, j’ai plusieurs fois évoqué la question》.
Après les villes de Faranah, Boffa, Fria , Mamou et Pita, Labé, Lélouma et Mali auront des Commissariats centraux les mois à venir.



Journaliste, Correspondante à Conakry