Atterrissage forcé du vol TK537 de Turkish Airlines : Me Pépé Lama, l’un des passagers témoigne

248

La direction générale de l’aéroport international Ahmed Sékou Touré informe qu’un vol TK537 de la compagnie Turkish Airlines en provenance de Istanbul via Ouagadougou a frôlé le pire lundi nuit à Conakry.

Me Pépé Lama, l’un des passagers explique les circonstances dans lesquelles cet incident s’est produit. Il l’a dit sur FIM FM dans l’émission ‘’Mirador’’ de ce mardi 30 août 2022.

« Moi, je ne parlerai pas d’atterrissage forcé, mais je sais quand même que nous avons vécu deux incidents majeurs. Le premier incident s’est produit en Haute Guinée où de façon brutale et violente l’avion a fait une chute vers le sol. Et ça a provoqué un tohu-bohu dans l’avion. J’ai même vu un jeune sauter de sa chaise et au fond de l’avion où il y a eu plusieurs blessés. J’ai vu une dame hôtesse qui a sévèrement cogné sa tête sur le plafond et je pense que cette dame a dû subir un choc très violent, il semble qu’elle serait même dans les soins intensifs. Il y a aussi un petit garçon qui était avec son papa qui a aussi cogné sévèrement sa tête et plusieurs autres personnes.

La chute là s’est déroulée en quelques minutes avant que l’avion ne se stabilise dans l’air. Ça criait, ça pleurait, ça priait dans l’avion. On était tous désespérés, mais Dieu merci l’avion a fini par se stabiliser. Et le second incident, c’était à quelques 40 minutes à l’atterrissage où l’avion a carrément retardé dans l’air près de 30 minutes. Ils nous ont fait savoir qu’il pleuvait, qu’il y avait l’orage, la météo n’était pas favorable. En fin de compte, nous avons atterri dans le calme et nous avons été accueillis à l’aéroport par le ministre des Transports et le Premier ministre.

Nous avons donc été évacués dans le calme. Je confirme que l’atterrissage s’est bien passé, dans le calme. Le point le plus critique, c’est ce qui s’est produit en Haute Guinée avec cette chute brutale et violente qui, pour moi est loin de s’apparenter à un trou dans l’air ou combien à une zone turbulence. Parce que la turbulence est progressive, elle n’est pas brutale », a témoigné l’avocat Me Antoine Pépé Lama.
Aboubacar M’mah Camara



Journaliste - Conakry -Guinée Tel : 224 669 49 32 51


Commentaires

http-guineedirectinfos-com