Bénin : l’opposant Joël Aïvo condamné à dix ans de prison

1015

Au terme d’une longue journée de procès, le constitutionnaliste a été reconnu coupable mardi 7 décembre de blanchiment de capitaux et de complot contre l’autorité de l’État.
C’est au bout de la nuit que la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a rendu son verdict. Les juges ont suivi les réquisitions du procureur spécial, Mario Metonou, et condamné mardi Joël Aïvo à dix ans de prison.
Comme deux de ses co-accusés, il devra en outre s’acquitter d’une amende de 45 millions de francs CFA. Le troisième co-accusé, le comptable Alain Gnonlonfoun, a en revanche été acquitté. Tous avaient été inculpés de blanchiment de capitaux et d’atteinte à la sûreté de l’État.
À la barre, l’opposant, dont la candidature à l’élection présidentielle d’avril 2021 avait été recalée, a dénoncé une procédure politique, affirmant que s’il avait été déféré devant la Criet, c’était du fait de son engagement politique face au régime en place. « Je suis poursuivi pour avoir incarné une alternative démocratique pour mon pays, a-t-il lancé. Je suis poursuivi pour avoir préparé une candidature indépendante capable de provoquer l’alternance au sommet de l’État. »
Ses avocats ont, eux, dénoncé un « dossier vide dans le fond » et « une procédure approximative » dont l’objectif serait de « faire plaisir à quelqu’un. ».
Au cour du procès, l’accusation s’est appliquée à établir un lien entre Joël Aïvo et deux des autres prévenus, Boni Saré Issiakou et son frère Bachabi Moudjaïdou. Le premier, chef d’entreprise et ancien militaire, a reconnu avoir participé à une tentative de « déstabilisation » à la demande d’un proche. Il a expliqué avoir été approché par un homme d’affaires du nom d’Arnaud Houédanou.
Mécontent après un redressement fiscal, ce dernier aurait cherché à se venger en finançant un projet de coup d’État. Boni Saré Issiakou a dit ne pas souscrire à l’idée, mais avoir saisi l’occasion pour soutirer de l’argent à Houédanou. Bachabi Moudjaïdou a pour sa part été reconnu coupable d’avoir aidé son frère et de ne pas avoir dénoncé le complot. Tous deux ont répété n’avoir jamais rencontré Joël Aïvo ni son comptable, Alain Gnonlonfoun.
« Faites de moi ce que vous voulez »
Joël Aïvo n’a pas réagi à l’énoncé de sa peine. « Depuis le 15 avril, j’ai décidé de faire don de ma personne au Bénin. Faites de moi ce que vous voulez », avait-il lancé lors de l’une de ces dernières prises de parole devant la cour.
JOËL AÏVO ET RECKYA MADOUGOU ONT REÇU LE SOUTIEN DE NOMBREUSES PERSONNALITÉS DE L’OPPOSITION
En détention depuis son arrestation, le 15 avril dernier, Aïvo n’avait cessé de nier les faits qui lui étaient reprochés. Le constitutionnaliste a tenté à plusieurs reprises d’obtenir une remise en liberté provisoire. Sans succès. Après deux passages devant le juge d’instruction, les 15 juillet et 5 août derniers, il avait été maintenu en détention. Ses avocats, qui avaient également tenté d’obtenir le non-lieu, n’avaient pas été entendus.
Vendredi, ce sera au tour d’une autre opposante, Reckya Madougou, de comparaître devant la justice. Elle est poursuivie pour « financement du terrorisme ». Sa candidature à la présidentielle avait elle aussi été écartée par la commission électorale faute de parrainages. Incarcérée depuis le 5 mars, elle est accusée par le procureur d’avoir tenté de déstabiliser le processus électoral. Comme Aïvo, elle a essuyé deux rejets de demande de mise en liberté provisoire.
Ces derniers mois, Joël Aïvo et Reckya Madougou ont reçu le soutien de nombreuses personnalités de l’opposition.
Source: Jeune Afrique



Guinée Nondi, tout ce qui est information de qualité est notre


Commentaires

http-guineedirectinfos-com