Le Hadji : Derrière un acte religieux, un business touristique. Le Hadji 2020 maintenu malgré la pandémie

338

Le pèlerinage selon les prescriptions coraniques, est un acte religieux qui est l’un des cinq piliers de l’islam, il se déroule entre les 8 et 13 du mois lunaire de « Dhu al-hijja ». Chaque bon musulman doit effectuer une fois dans sa vie cet acte religieux, s’il en a les capacités physiques et matérielles. Et chaque année, des millions de musulmans se rendent à la Mecque pour ‘s’acquitter de ce devoir sacré.

Cette année, à cause de la pandémie, beaucoup pensaient l’annulation de cet acte religieux au profit de la santé des pèlerins, mais hélas. Le royaume de l’Arabie saoudite, après plusieurs mois d’hésitation, a décidé d’organiser le pèlerinage avec un nombre limité de pèlerins.

Selon nos confrères de l’AFP, «  Jusque-là, Riyad maintenait l’incertitude autour de la tenue de ce pèlerinage. A la fin de mars, les autorités, qui avaient ainsi suspendu la oumra craignant que le virus ne se répande dans les villes saintes de La Mecque et Médine, avaient appelé les musulmans à suspendre leurs préparatifs pour le hadj.

Mais après avoir pris des mesures strictes de confinement, l’Arabie saoudite a levé cette semaine le couvre-feu en vigueur dans tout le pays. Dimanche, les mosquées de La Mecque ont ainsi rouvert leurs portes aux fidèles.

L’annonce du maintien du hadj survient alors que le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a prévenu lundi que la pandémie « continuait de s’accélérer » dans le monde. C’est notamment le cas en Arabie saoudite, pays arabe du Golfe le plus touché avec une recrudescence du nombre de contaminations. Officiellement, les autorités ont recensé plus 161 000 personnes infectées, dont 1 307 sont mortes »

Au regard de cette décision, l’on se peut se poser la question suivante : Le Hadji de cette année est-il organisé pour permettre aux musulmans d’effectuer leur rituel ou c’est pour sauver l’économie saoudienne qui souffre de la baisse du prix du baril ?

Cette question mérite d’être posée, dans la mesure où le tourisme religieux serait la deuxième source de revenus derrière l’or noir en Arabie saoudite, près de 9 millions de personnes se rendent chaque année pour accomplir à la Mecque et à Médine le Hadji et le Omra. Selon le journal France infos du 22/09/2015, les revenus générés par le pèlerinage étaient de 40 milliards de dollars en 2015. Par ailleurs, selon le même journal suite aux travaux effectués par le royaume wahhabite, qui consistaient à augmenter la capacité d’accueil des lieux saints, le royaume tablait  cette année sur un revenu de près de 90 milliards de dollars. Ce qui démontre l’importance financière du pèlerinage pour le Royaume d’Arabie Saoudite.

Avec le prix du baril de pétrole qui avait connu un effondrement historique suite au COVID-19, l’Arabie Saoudite a choisi le pèlerinage pour sauver son économie, qui se repose essentiellement sur l’or noir.

Même si le Royaume a annoncé prendre des mesures nécessaires pour le déroulement du Hadji de cette année, l’incertitude continue de gagner bons nombres de musulmans, car, L’Arabie Saoudite est le pays du Golf le plus touché par la Pandémie.

Certes le pèlerinage est un acte important pour le musulman, un poumon de l’économie saoudienne, mais forces est de reconnaître que cette année, plusieurs milliers de vies seront en danger en organisant le pèlerinage.



Sonny CAMARA

Administrateur Général


Commentaires

http-guineedirectinfos-com