Conférence de l’opposition républicaine : Cellou Dalein Diallo apporte des précisions

1101

En conférence à presse hier le chef de fil de l’opposition est revenu sur certains sujets comme la hausse du prix du carburant ou encore les récentes accusations du Général Konaté

Réunis avec ses pairs de l’opposition, Elhadj Cellou Dalein a apporté des précisions sur certaines préoccupations des journalistes. Parlant de sa rencontre avec le président de L’UFR Le chef de fil de l’opposition précise. Le hasard m’a fait rencontré Sidya Touré récemment. Je me rendais à Kamsar pour rencontrer notre tête de liste Morin Camara qui était gravement malade. Il s’est même fait opéré à deux reprises. C’est donc en partant lui rendre visite et lui apporter le soutien de la direction national du parti. Au niveau de Kolon, le village du président de L’UFR je l’ai aperçu devant sa résidence. Je me suis donc arrêté et je suis venu lui dire bonjour. Voilà dans quelles circonstances j’ai été voir Sidya Touré. De l’accusation du Général Sekouba Konaté il ajoute ceci Je n’ai jamais rencontré en tête en tête le général Konaté. Je l’ai toujours rencontré en présence de d’autres personnes. Je ne sais pas de quoi il parle quand il dit que j’ai tenté de le corrompre. En 2010, avec mes 44% j’avais confiance en moi, je n’avais aucun doute que j’allais gagner, je n’avais vraiment aucune raison de le corrompre. Pour moi avec le soutien de Sidya Touré et Abbé Sylla je n’avais aucun doute sur ma probable victoire à part bien sûr cette fraude massive qui m’a fait perdre les élections. S’il y’avait des gens à corrompre c’est la CENI mais là aussi je n’avais pas à le faire car j’avais confiance à notre future victoire.Pour l’augmentation du prix du carburant carburant. Cellou Dalein Diallo précise Personnellement j’ai dit en tant qu’économiste, c’était pas opportun d’augmenter le prix du carburant même si techniquement cela peut être justifié. Mais il y’a eu violations de la règle de la flexibilité. L’opposition avait exigé que les prix soient baissés suffisamment pour que le principe de la flexibilité que le gouvernement a fait adopté soit appliqué lorsque la tendance était baissière. Le baril est descendu en dessous des 30$, le gouvernement n’a pas voulu faire l’ajustement en ce moment. Lorsque ça remonte, il s’empresse de le faire. Évidemment on est aujourd’hui à plus de 70 $ Le baril, un ajustement pourrait être justifié dans le cas de la flexibilité des prix, mais le gouvernement n’a pas voulu respecter cette règle qu’il avait fait adopter dans le cadre d’un consensus avec les syndicats, avec toutes les forces vives. Le pouvoir à augmenté au mauvais moment. L’autre bourse du gouvernement c’est de n’avoir pas informé les gens. Il aurait dû appeler les syndicats pour mettre en évidence la pertinence d’un ajustement et éventuellement obtenir un accord mais c’était difficile pour lui de le justifier car quand ça à baissé il n’a rien fait . Le chef de file a apporté ces précisions lors de la conférence de presse de ce Mardi.



Journaliste, Correspondante à Conakry


Commentaires

http-guineedirectinfos-com