Conakry : c’est parti pour la formation des membres élus des conseils locaux des jeunes sur la gouvernance et la citoyenneté

82

Pour lutter contre l’immigration irrégulière, la marginalisation et l’instrumentalisation de la jeunesse, le Réseau Afrique Jeunesse de Guinée (RAJ-GUI) en collaboration avec les Nation Unie  a procédé au lancement d’une série de formation pour les élus des conseils locaux. La cérémonie s’est déroulée ce jeudi 5 décembre 2019 à l’état civil de la commune de Matoto.            

Dans sa communication, Sékou Doré, coordinateur national de RAJ-GUI a rappelé que cette initiative est partie d’un consortium de trois institutions internationales des Nation Unies.

Selon lui, le RAJ-GUI joue un rôle d’appui et d’accompagnement pour que les jeunes guinéens puissent suivre de très de bonnes formations pour qu’ils soient compétitifs  sur le marché de l’emploi. « Comme l’indique l’objectif de RAJ-GUI, notre priorité d’abord c’est le renforcement de la capacité de la jeunesse. Un jeune bien formé et bien informé peut être compétitif non seulement sur le marché de l’emploi mais aussi il peut être un acteur majeur en matière de la consolidation de la paix mais également en matière de participation dans la gestion de sa nation. Et un jeune mal formé et mal informé constitue un danger pour sa nation.  C’est pourquoi nous avons accepté ce partenariat pour que nous puissions avoir une jeunesse consciente  au sein de notre pays », a-t-il déclaré.

De son côté, le directeur régional de l’UNESCO, Ydo Yao a souligné que son institution a un intérêt particulier pour la jeunesse. « Cela se caractérise par l’élaboration et la mise en œuvre de ce que nous appelons la stratégie opérationnelle de l’UNESCO  2014-2021 qui comporte 3 axes majeurs »

Selon lui, l’UNESCO a  une stratégie pour la jeunesse d’ici 2030 dont les principales priorités sont les suivantes.  « il s’agit d’abord d’œuvrer à l’engagement,  à la participation et à la sensibilisation des jeunes et mieux faire entendre la voix des jeunes pour un monde pacifique plus juste et plus viables.  Aujourd’hui, le constat révèle la nécessité impérieuse d’accompagner la jeunesse africaine et mondiale à travers des programmes et projet de formation pour favoriser leur  pleine participation à la gouvernance au maintien de la paix et à la gestion de notre continent. Deuxièment, il s’agit d’œuvrer  pour que les besoins spécifiques des jeunes et leur rôle d’agent de changement positif soient d’avantage reconnue et pris en compte dans les collectivités concernées », souligne-t-il.

Il a enfin invité les autorités communales d’intégrer dans les programmes annuels d’investissement, des besoins spécifiques des jeunes. Tout en lançant un appel aux participants. « Chers jeunes élus du conseil local de la commune de Matoto, désormais vous êtes nos avocats, vous êtes les interlocutoires entre l’autorité locale communale et l’ensemble des jeunes de votre commune, vous êtes appelés à travailler en partenariat avec les autorités des différentes communes pour le maintien de la paix et de la cohésion sociale dans votre commune », conclut-il.

Pour sa part  le maire de la commune de Matoto, Mamadouba Toss Camara a salué cette initiative. Tout en rassurant qu’il fera tous les moyens possibles pour la l’épanouissement de ce projet.



Avatar

Journaliste - Conakry -Guinée Tel : 224 669 49 32 51


Commentaires

http-guineedirectinfos-com